Bonne année… Si si… Je vous souhaite bien la bonne année ce premier janvier… découvrez donc pourquoi…

Le Nit’ei Gavriel raconte que le Rabbi de Apta (https://en.wikipedia.org/wiki/Avraham_Yehoshua_Heshel) souhaitait à tous une bonne année le jour du nouvel an des goyim. Il s’expliquait ainsi:

« A Rosh Hashannah, certaines de nos Téfilot ne sont pas acceptées à cause des accusateurs, mais quand le nouvel an goy arrive et que l’on peut constater la différence entre les juifs qui décrètent à Rosh Hashannah que la terre et tout ce qu’elle contient appartiennent à Hashem, et les goyim qui passent cette soirée en débauche, alors les accusateurs s’effacent et les Téfilot de Rosh Hashannah peuvent enfin monter. Enfin peut commencer la bonne année juive débutée en Tishri »

Alors bonne année 5777 à tous et à toutes.

 

•Ben Ish Hai Quotidien• Parashat Mass’ei, Yom Shéni (01/08/2016)

וַיִּסְעוּ, מִמָּרָה, וַיָּבֹאוּ, אֵילִמָה; וּבְאֵילִם שְׁתֵּים עֶשְׂרֵה עֵינֹת מַיִם, וְשִׁבְעִים תְּמָרִים–וַיַּחֲנוּ-שָׁם.
Ils partirent de Mara, et ils arrivèrent à Elim. Or, à Elim étaient douze sources d’eau et soixante-dix palmiers, et ils y campèrent.
Bamidbar (33:9)

Ils partirent de Mara et arrivèrent « Elimah – à Elim » ce passouk est une allusion aux Kétoret – les encens. En effet Hashem leur a conféré ont une puissance particulière qui permet aux Béné Israel de s’affranchir de la klipa – la force du mal qui est amère – mara.
On le voit dans le mot Elimah אלימה, si on le décompose en א’י et למ’ה, le Aleph et le Youd représentent la valeur numérique des 11 composants de la Kétoret. Et Lamed Mem et Hé, donnent LéMah- pour « Mah » qui est le surnom de la Malchout et qui est aussi 45, la valeur numérique du nom יו’ד ה’א וא’ו ה’א plein de la Tiféret.
Car il existe deux niveaux d’efficacité de la Kétoret et c’est pourquoi on lit dans la Téfila, aussi bien les psoukim que la mishna qui en parlent. Quand on lit les psoukim on « nettoie » la Tiféret (qui est la source de la Torah écrite) des 11 forces de la klipa et quand on lit la mishna, c’est la Malchout qu’on délivre (car elle est la source de la Torah Orale). C’est pourquoi on compte avec les doigts de la main droite les 11 composants quand on les lit dans la Mishna (Véélou hen: Hatsori…) et c’est moins connu, mais il faut aussi les compter quand on lit les psoukim, seulement dans le passouk les 11 ne sont pas tous cités, ils sont en allusion:
קַח-לְךָ סַמִּים: des aromates, c’est un pluriel, le minimum d’un pluriel c’est deux: 2
נָטָף: du baume, ça fait 3
וּשְׁחֵלֶת: de l’ongle aromatique, ça fait 4
וְחֶלְבְּנָה:du galbanum, ça fait 5
סַמִּים: des aromates, on répète ce mot pour doubler le compte, ça fait 10
וּלְבֹנָה זַכָּה: de l’encens pur, ça fait 11.
C’est d’ailleurs la manière dont la Guémara apprend du passouk qu’il faut 11 composants (Kritout 6b). En comptant avec les doigts on associe l’action et en lisant, la parole avec la pensée de s’affranchir de la klipa. C’est le sens de notre passouk: Ils partirent de Mara et arrivèrent « Elimah – à Elim » c’est en utilisant les Kétoret « Elimah » qu’on quitte Mara- la klipa.
(על פי בן איש חי הלכות – פרשת מסעי – הקדמה)

  • Les bénédictions sur la nourriture sont en fonctions de la qualité du tri des étincelles qu’elles contiennent. C’est pour ça que le pain qui est le travail de tri le plus élevé a reçu deux brachot au début (nétila et hamotsi) et cinq à la fin (quatre du Birkat hamazone et une sur le verre de vin), les sept sortes (par lesquelles on loue Erets Israel: le froment et l’orge, le raisin, la figue et la grenade, l’olive huileuse et le miel de dattes) eux n’en ont reçu qu’une au début et une seule à la fin, mais qui reprend les grandes lignes du birkat hamazone. Le reste des fruits et légumes, la viande le poisson et les laitages, qui représentent encore moins de travail de tri d’étincelles ont une baracha au début et une seule bracha courte générale (boré néfashot) à la fin
  • Donc, celui qui mange kazayt (27 grammes) d’un des cinq fruits d’Israel, qu’ils proviennent d’Israel ou non, fera « Al Hami’hya » et finira par « Véal Hapérot » s’ils viennent d’Israel il finira par « Véal Pérotéha ». Celui qui mange des Mézonot finira par « Véal Hami’hya Vé’al Hakalkala » (s’ils proviennent d’Israel: « Vé Mi’hyata Vé’al Kalkalata » attention: de nos jours le blé en Israel provient des USA sauf celui des matsot). Et s’il boit assez de vin, il finira « Véal Péri Haguéfen » et « Véal Péri Gafna » si le vin est d’Israel.

23 Sivan – Ségoula pour l’annulation des mauvais décrets

Shalom à tous,

Aujourd’hui 23 Sivan est le jour où dans la Méguila d’Esther, le roi A’hashvérosh envoya de nouveaux décrets assurant la survie du peuple juif et annulant ceux qui devaient entraîner sa perte.

Il est une coutume de lire le téhilim 22 attribué à Esther ainsi que les psoukim correspondant à sa demande au roi. (Esther 8 de 3 à 15)

Ensuite on priera pour ses propres besoins. Il est bon aussi d’allumer une bougie pour Mordechai et une pour Esther, ainsi que de donner trois pièces à la Tsédaka.

ג וַתּ֣וֹסֶף אֶסְתֵּ֗ר וַתְּדַבֵּר֙ לִפְנֵ֣י הַמֶּ֔לֶךְ וַתִּפֹּ֖ל לִפְנֵ֣י רַגְלָ֑יו וַתֵּ֣בְךְּ וַתִּתְחַנֶּן־ל֗וֹ לְהַֽעֲבִיר֙ אֶת־רָעַת֙ הָמָ֣ן הָֽאֲגָגִ֔י וְאֵת֙ מַֽחֲשַׁבְתּ֔וֹ אֲשֶׁ֥ר חָשַׁ֖ב עַל־הַיְּהוּדִֽים ׃ ד וַיּ֤וֹשֶׁט הַמֶּ֨לֶךְ֙ לְאֶסְתֵּ֔ר אֵ֖ת שַׁרְבִ֣ט הַזָּהָ֑ב וַתָּ֣קָם אֶסְתֵּ֔ר וַֽתַּעֲמֹ֖ד לִפְנֵ֥י הַמֶּֽלֶךְ ׃ ה וַתֹּאמֶר אִם־עַל־הַמֶּ֨לֶךְ ט֜וֹב וְאִם־מָצָ֧אתִי חֵ֣ן לְפָנָ֗יו וְכָשֵׁ֤ר הַדָּבָר֙ לִפְנֵ֣י הַמֶּ֔לֶךְ וְטוֹבָ֥ה אֲנִ֖י בְּעֵינָ֑יו יִכָּתֵ֞ב לְהָשִׁ֣יב אֶת־הַסְּפָרִ֗ים מַחֲשֶׁ֜בֶת הָמָ֤ן בֶּֽן־הַמְּדָ֨תָא֙ הָאֲגָגִ֔י אֲשֶׁ֣ר כָּתַ֗ב לְאַבֵּד֙ אֶת־הַיְּהוּדִ֔ים אֲשֶׁ֖ר בְּכָל־מְדִינ֥וֹת הַמֶּֽלֶךְ ׃ ו כִּי אֵיכָכָ֤ה אוּכַל֙ וְֽרָאִ֔יתִי בָּרָעָ֖ה אֲשֶׁר־יִמְצָ֣א אֶת־עַמִּ֑י וְאֵֽיכָכָ֤ה אוּכַל֙ וְֽרָאִ֔יתִי בְּאָבְדַ֖ן מוֹלַדְתִּֽי ׃ ס ז וַיֹּ֨אמֶר הַמֶּ֤לֶךְ אֲחַשְׁוֵרֹשׁ֙ לְאֶסְתֵּ֣ר הַמַּלְכָּ֔ה וּֽלְמָרְדֳּכַ֖י הַיְּהוּדִ֑י הִנֵּ֨ה בֵית־הָמָ֜ן נָתַ֣תִּי לְאֶסְתֵּ֗ר וְאֹתוֹ֙ תָּל֣וּ עַל־הָעֵ֔ץ עַ֛ל אֲשֶׁר־שָׁלַ֥ח יָד֖וֹ ֯בַּיְּהוּדִיִּים ׃ ח וְאַתֶּם כִּתְב֨וּ עַל־הַיְּהוּדִ֜ים כַּטּ֤וֹב בְּעֵֽינֵיכֶם֙ בְּשֵׁ֣ם הַמֶּ֔לֶךְ וְחִתְמ֖וּ בְּטַבַּ֣עַת הַמֶּ֑לֶךְ כִּֽי־כְתָ֞ב אֲשֶׁר־נִכְתָּ֣ב בְּשֵׁם־הַמֶּ֗לֶךְ וְנַחְתּ֛וֹם בְּטַבַּ֥עַת הַמֶּ֖לֶךְ אֵ֥ין לְהָשִֽׁיב ׃ ט וַיִּקָּרְא֣וּ סֹפְרֵֽי־הַמֶּ֣לֶךְ בָּֽעֵת־הַהִיא בַּחֹ֨דֶשׁ הַשְּׁלִישִׁ֜י הוּא־חֹ֣דֶשׁ סִיוָ֗ן בִּשְׁלוֹשָׁ֣ה וְעֶשְׂרִים֮ בּוֹ֒ וַיִּכָּתֵ֣ב כְּֽכָל־אֲשֶׁר־צִוָּ֣ה מָרְדֳּכַ֣י אֶל־הַיְּהוּדִ֡ים וְאֶ֣ל הָאֲחַשְׁדַּרְפְּנִֽים־וְהַפַּחוֹת֩ וְשָׂרֵ֨י הַמְּדִינ֜וֹת אֲשֶׁ֣ר׀ מֵהֹ֣דּוּ וְעַד־כּ֗וּשׁ שֶׁ֣בַע וְעֶשְׂרִ֤ים וּמֵאָה֙ מְדִינָ֔ה מְדִינָ֤ה וּמְדִינָה֙ כִּכְתָבָ֔הּ וְעַ֥ם וָעָ֖ם כִּלְשֹׁנ֑וֹ וְאֶ֨ל־הַיְּהוּדִ֔ים כִּכְתָבָ֖ם וְכִלְשׁוֹנָֽם ׃ י וַיִּכְתֹּ֗ב בְּשֵׁם֙ הַמֶּ֣לֶךְ אֲחַשְׁוֵרֹ֔שׁ וַיַּחְתֹּ֖ם בְּטַבַּ֣עַת הַמֶּ֑לֶךְ וַיִּשְׁלַ֣ח סְפָרִ֡ים בְּיַד֩ הָרָצִ֨ים בַּסּוּסִ֜ים רֹכְבֵ֤י הָרֶ֨כֶשׁ֙ הָֽאֲחַשְׁתְּרָנִ֔ים בְּנֵ֖י הָֽרַמָּכִֽים ׃ יא אֲשֶׁר֩ נָתַ֨ן הַמֶּ֜לֶךְ לַיְּהוּדִ֣ים׀ אֲשֶׁ֣ר בְּכָל־עִיר־וָעִ֗יר לְהִקָּהֵל֮ וְלַעֲמֹ֣ד עַל־נַפְשָׁם֒ לְהַשְׁמִיד֩ וְלַהֲרֹ֨ג וּלְאַבֵּ֜ד אֶת־כָּל־חֵ֨יל עַ֧ם וּמְדִינָ֛ה הַצָּרִ֥ים אֹתָ֖ם טַ֣ף וְנָשִׁ֑ים וּשְׁלָלָ֖ם לָבֽוֹז ׃ יב בְּי֣וֹם אֶחָ֔ד בְּכָל־מְדִינ֖וֹת הַמֶּ֣לֶךְ אֲחַשְׁוֵר֑וֹשׁ בִּשְׁלוֹשָׁ֥ה עָשָׂ֛ר לְחֹ֥דֶשׁ שְׁנֵים־עָשָׂ֖ר הוּא־חֹ֥דֶשׁ אֲדָֽר ׃ יג פַּתְשֶׁ֣גֶן הַכְּתָ֗ב לְהִנָּ֤תֵֽן דָּת֙ בְּכָל־מְדִינָ֣ה וּמְדִינָ֔ה גָּל֖וּי לְכָל־הָעַמִּ֑ים וְלִהְי֨וֹת ֯הַיְּהוּדִ֤יים ֯עֲתִודִים֙ לַיּ֣וֹם הַזֶּ֔ה לְהִנָּקֵ֖ם מֵאֹיְבֵיהֶֽם ׃ יד הָרָצִ֞ים רֹכְבֵ֤י הָרֶ֨כֶשׁ֙ הָֽאֲחַשְׁתְּרָנִ֔ים יָֽצְא֛וּ מְבֹהָלִ֥ים וּדְחוּפִ֖ים בִּדְבַ֣ר הַמֶּ֑לֶךְ וְהַדָּ֥ת נִתְּנָ֖ה בְּשׁוּשַׁ֥ן הַבִּירָֽה ׃ פ טו וּמָרְדֳּכַ֞י יָצָ֣א׀ מִלִּפְנֵ֣י הַמֶּ֗לֶךְ בִּלְב֤וּשׁ מַלְכוּת֙ תְּכֵ֣לֶת וָח֔וּר וַעֲטֶ֤רֶת זָהָב֙ גְּדוֹלָ֔ה וְתַכְרִ֥יךְ בּ֖וּץ וְאַרְגָּמָ֑ן וְהָעִ֣יר שׁוּשָׁ֔ן צָהֲלָ֖ה וְשָׂמֵֽחָה ׃

א לַמְנַצֵּחַ, עַל-אַיֶּלֶת הַשַּׁחַר; מִזְמוֹר לְדָוִד.
ב אֵלִי אֵלִי, לָמָה עֲזַבְתָּנִי; רָחוֹק מִישׁוּעָתִי, דִּבְרֵי שַׁאֲגָתִי.
ג אֱלֹהַי–אֶקְרָא יוֹמָם, וְלֹא תַעֲנֶה; וְלַיְלָה, וְלֹא-דֻמִיָּה לִי.
ד וְאַתָּה קָדוֹשׁ– יוֹשֵׁב, תְּהִלּוֹת יִשְׂרָאֵל.
ה בְּךָ, בָּטְחוּ אֲבֹתֵינוּ; בָּטְחוּ, וַתְּפַלְּטֵמוֹ.
ו אֵלֶיךָ זָעֲקוּ וְנִמְלָטוּ; בְּךָ בָטְחוּ וְלֹא-בוֹשׁוּ.
ז וְאָנֹכִי תוֹלַעַת וְלֹא-אִישׁ; חֶרְפַּת אָדָם, וּבְזוּי עָם.
ח כָּל-רֹאַי, יַלְעִגוּ לִי; יַפְטִירוּ בְשָׂפָה, יָנִיעוּ רֹאשׁ.
ט גֹּל אֶל-יְהוָה יְפַלְּטֵהוּ; יַצִּילֵהוּ, כִּי חָפֵץ בּוֹ.
י כִּי-אַתָּה גֹחִי מִבָּטֶן; מַבְטִיחִי, עַל-שְׁדֵי אִמִּי.
יא עָלֶיךָ, הָשְׁלַכְתִּי מֵרָחֶם; מִבֶּטֶן אִמִּי, אֵלִי אָתָּה.
יב אַל-תִּרְחַק מִמֶּנִּי, כִּי-צָרָה קְרוֹבָה: כִּי-אֵין עוֹזֵר.
יג סְבָבוּנִי, פָּרִים רַבִּים; אַבִּירֵי בָשָׁן כִּתְּרוּנִי.
יד פָּצוּ עָלַי פִּיהֶם; אַרְיֵה, טֹרֵף וְשֹׁאֵג.
טו כַּמַּיִם נִשְׁפַּכְתִּי– וְהִתְפָּרְדוּ, כָּל-עַצְמוֹתָי: הָיָה לִבִּי, כַּדּוֹנָג; נָמֵס, בְּתוֹךְ מֵעָי.
טז יָבֵשׁ כַּחֶרֶשׂ, כֹּחִי, וּלְשׁוֹנִי, מֻדְבָּק מַלְקוֹחָי; וְלַעֲפַר-מָוֶת תִּשְׁפְּתֵנִי.
יז כִּי סְבָבוּנִי, כְּלָבִים: עֲדַת מְרֵעִים, הִקִּיפוּנִי; כָּאֲרִי, יָדַי וְרַגְלָי.
יח אֲסַפֵּר כָּל-עַצְמוֹתָי; הֵמָּה יַבִּיטוּ, יִרְאוּ-בִי.
יט יְחַלְּקוּ בְגָדַי לָהֶם; וְעַל-לְבוּשִׁי, יַפִּילוּ גוֹרָל.
כ וְאַתָּה יְהוָה, אַל-תִּרְחָק; אֱיָלוּתִי, לְעֶזְרָתִי חוּשָׁה.
כא הַצִּילָה מֵחֶרֶב נַפְשִׁי; מִיַּד-כֶּלֶב, יְחִידָתִי.
כב הוֹשִׁיעֵנִי, מִפִּי אַרְיֵה; וּמִקַּרְנֵי רֵמִים עֲנִיתָנִי.
כג אֲסַפְּרָה שִׁמְךָ לְאֶחָי; בְּתוֹךְ קָהָל אֲהַלְלֶךָּ.
כד יִרְאֵי יְהוָה, הַלְלוּהוּ– כָּל-זֶרַע יַעֲקֹב כַּבְּדוּהוּ; וְגוּרוּ מִמֶּנּוּ, כָּל-זֶרַע יִשְׂרָאֵל.
כה כִּי לֹא-בָזָה וְלֹא שִׁקַּץ, עֱנוּת עָנִי– וְלֹא-הִסְתִּיר פָּנָיו מִמֶּנּוּ; וּבְשַׁוְּעוֹ אֵלָיו שָׁמֵעַ.
כו מֵאִתְּךָ, תְּהִלָּתִי: בְּקָהָל רָב–נְדָרַי אֲשַׁלֵּם, נֶגֶד יְרֵאָיו.
כז יֹאכְלוּ עֲנָוִים, וְיִשְׂבָּעוּ– יְהַלְלוּ יְהוָה, דֹּרְשָׁיו; יְחִי לְבַבְכֶם לָעַד.
כח יִזְכְּרוּ, וְיָשֻׁבוּ אֶל-יְהוָה– כָּל-אַפְסֵי-אָרֶץ; וְיִשְׁתַּחֲווּ לְפָנֶיךָ, כָּל-מִשְׁפְּחוֹת גּוֹיִם.
כט כִּי לַיהוָה, הַמְּלוּכָה; וּמֹשֵׁל, בַּגּוֹיִם.
ל אָכְלוּ וַיִּשְׁתַּחֲווּ, כָּל-דִּשְׁנֵי-אֶרֶץ– לְפָנָיו יִכְרְעוּ, כָּל-יוֹרְדֵי עָפָר; וְנַפְשׁוֹ, לֹא חִיָּה.
לא זֶרַע יַעַבְדֶנּוּ; יְסֻפַּר לַאדֹנָי לַדּוֹר.
לב יָבֹאוּ, וְיַגִּידוּ צִדְקָתוֹ: לְעַם נוֹלָד, כִּי עָשָׂה.

Qu’Hashem écoute nos prières et mette fin à toutes les souffrances de son peuple, Amen

Tefila du Ben Ish Hai pour la nuit de Rosh Hodesh

🔱תפילה נפלאה לחודש טוב ומבורך🔱

מבעל הבן איש חי

🔱

אלוקינו ואלוקי אבותינו, חדש עלינו את החודש הזה, חודש סיון,

לטובה ולברכה,
לששון ולשמחה,
לחיים טובים ולשלום.

ויהיו כל ימי החודש הזה, הוא חודש ‎סיון, ברוכים, טובים ומתוקנים. ותבשרנו בהם בשורות טובות, ותשמעינו בהם ששון ושמחה. ותחוננו בהם חכמה, בינה ודעת מאיתך, ונהיה מדובקים בתלמוד-תורה. ותשלח ברכה והצלחה והרווחה בכל מעשינו.

ותפתח לנו ולכל ישראל אחינו:

שערי אורה,
שערי אהבה ואחוה,
שערי ברכה,
שערי בינה,
שערי גדולה,
שערי גילה,
שערי דעת,
שערי הוד והדר,
שערי הרוחה והצלחה,
שערי ועד טוב,
שערי ותרנות,
שערי זכויות,
שערי חדוה,
שערי חוכמה,
שערי חמלה,
שערי חיים טובים,
שערי חן וחסד,
שערי טובה,
שערי ישועה,
שערי כלכלה,
שערי לימוד תורה לשמה,
שערי מזון טוב,
שערי נדיבות,
שערי נעימות,
שערי סמיכה,
שערי עזרה,
שערי עושר,
שערי פדות,
שערי פרנסה טובה,
שערי צדקה,
שערי צהלה,
שערי צמח,
שערי קוממיות,
שערי קרון-פנים,
שערי רפואה שלימה,
שערי רצון,
שערי רחמים,
שערי שלום,
שערי שלוה,
שערי תשובה,
שערי תורה,
שערי תפילה,
שערי תשועה.

« תודיעני אורח חיים, שובע שמחות את פניך, נעימות בימינך נצח ».

‏ »יהיו לרצון אמרי פי והגיון לבי לפניך ה’ צורי וגואלי ».
🔱
חודש טוב ומבורך!

Veille de Rosh Hodesh Sivan: La Téfila du Shlah Hakadosh

shlah
Quoi ?!? Vous n’avez pas encore lu la téfila du Shla »h ?!?
Vite cliquez ici: http://shaareykedusha.com/site/texts/tfilot/tfilat_hashlah.pdf

Il n’est plus besoin de présenter la Téfila du Shla »h Hakadosh (Le Rav Horowitz qui tire son nom de son livre, le Shnei Lou’hot Habrith), qui est une grande ségoula pour la réussite dans l’éducation des enfants, elle est à lire tous les jours et spécialement lors de sa Hiloula (11 Nissan) et la veille de Rosh ‘Hodesh Sivan en préparation au don de la Torah de Shavouot.

Alors téléchargez la ici et lisez la, et qu’Hashem écoute nos prières, Amen.

•Ben Ish Hai Quotidien• Parashat Bamidbar, Yom Shéni (30/05/2015)

…וַיָּמָת נָדָב וַאֲבִיהוּא

Or, Nadav et Avihou moururent…

Bamidbar 3:4

Le Midrash (Torat Kohanim Parashat Shémini) nous raconte qu’une des raisons de la mort des deux fils d’Aharon est pour les punir du fait qu’ils attendaient avec impatience que meurent les deux anciens (Moshé et Aharon) afin qu’ils puissent prendre le pouvoir à leur place. Ce Midrash est très étonnant, comment ces deux Tsadikim auraient pu avoir de si viles pensées?

Pour le comprendre, il faut amener les paroles du Tana Ben Zoma dans les Pirkey Avot: « אֵיזֶהוּ חָכָם? הַלּוֹמֵד מִכָּל אָדָם – Qui est le sage? Celui qui apprend de chacun », en effet on explique ses paroles par le fait qu’il faut savoir apprendre des jeunes comme des vieux. Des jeunes nous apprenons qu’il faut savoir affronter le Yetser Hara dès la jeunesse quand il est fort et que le feu du désir brûle, tandis que des vieux, nous apprenons la persévérance, et  que bien que les forces physiques fassent défaut, il faut encore s’adonner avec puissance et assiduité à la Torah et aux Mitsvot.

Nadav et Avihou avaient peur que le peule ne se dise qu’il avait le temps avant d’essayer de prendre exemple sur Aharon et Moshé, et qu’ils ne commencent à travailler sur leur Midot qu’à un age avancé. Par contre s’ils étaient eux, les jeunes, au pouvoir, ils pourraient montrer qu’il faut commencer tôt comme il est dit (Eicha 3:27): « טוֹב לַגֶּבֶר, כִּי-יִשָּׂא עֹל בִּנְעוּרָיו – Il est bon pour l’homme de porter le joug dès sa jeunesse ».

(על פי עוד חסדי אבות – פרק ד)

    1. Il est interdit de faire du fromage Yom Tov (car on trie le caillé et le petit lait), mais du Yogourt ce sera permis. Il sera aussi permis de faire de la glace, car le tout se solidifie sans tri.
    2. Certains avancent d’autre raisons à l’interdiction de faire du fromage (on a l’habitude d’en faire en grande quantité et on craint qu’on en fasse pour après Yom Tov ou bien le fait d’utiliser des ustensiles spéciaux et que ce soit une habitude de ‘Hol) mais elles n’ont pas lieu d’être pour la glace non plus.
    3. On n’utilisera que du lait trait avant Yom Tov, même si la vache appartient à un Goy et que le Goy l’a trait, il reste interdit.

(על פי בן איש חי הלכות – שנה א’ – פרשת במדבר – הלכה י)


Dédié à la réfouah shélémah de ‘Haya Simha bat Jeanette Jamilla, Itshak ben Ra’hel, Mézala bat ‘Haya Myriam, Batshéva bat Elishéva, Avraham ben Soultana Ra’hel, ‘Haya Rivka bat Esther et Avner ben Sim’ha.

Dédié également à l’élévation de l’âme de Ra’hel bat Mazal, Chaoul ben Nissim, Daniella Fortunée bat Ra’hel, Yoel David ben Betty Baya, Ra’hel bat Maya, Esther Hadassa bat Jeanette Jamilla, Haya Ra’hel bat Sassya Lisette, Alice Aïcha bat Ra’hma et Charles Chalom ben Olga ‘Hanna.

ת.נ.צ.ב.ה

 

•Ben Ish Hai Quotidien• Parashat Emor, Yom Révi’i (11/05/2015)

אַל תִּסְתַּכֵּל בַּקַּנְקַן, אֶלָּא בַמֶּה שֶׁיֶּשׁ בּוֹ
Ne regarde pas la cruche, mais ce qu’il y a dedans…
Avot 4:20

On peut comprendre de cet adage des ‘Hachamim la raison de la différence de statut entre les Cohanim, Léviim et Israel. En effet bien que le corps de l’homme est basé sur les mêmes éléments indifféremment des trois composantes du peuple juif, ce corps ne représente que la « cruche ». La réelle différence réside dans la Néshama de cette personne, c’est « ce qu’il y a dedans », ce statut est déterminé par la provenance de cette Néshama qui est l’endroit du corps d’Adam Harishone qui contenait toutes les âmes du peuple juif.
On notera également une différence de statut ou de niveau en fonction de l’époque, en effet il est  convenu que nos ancêtres étaient plus saints et plus élevés spirituellement que nous. A tel point que Rav Ashi dans la guémara se fait reprendre par le roi Ménashé en rêve pour avoir osé l’appeler son ami malgré la différence d’époque et ceci alors que Rav Ashi était énormément Tsadik et Ménashé un grand fauteur. Et Ménashé de l’éprouver en lui demandant par quel endroit on rompt le pain. Quel est le rapport?
C’est que le matériel est rempli d’étincelles de sainteté que nous élevons par la béracha, et dans le pain, celles qui sont à l’endroit le plus cuit sont les plus élevées car elles sont restées moins longtemps sous l’emprise du mal, car cuites les premières. Il en est de même des Néshamot, plus vites elles sont nées, moins elle auront résidé dans l’enceinte du mal et c’est pour cela, qu’à priori, les âmes des ancêtres sont plus pures que celles des descendants.
(על פי בן איש חי הלכות – שנה א’ – פרשת אמור – הקדמה)

  • On fera très attention de ne pas jeter la tranche de pain devant les gens mais on la posera a porté de leur main. On ne leur donnera pas en main non plus, car ça ne se fait que pour les endeuillés, qu’Hashem nous en préserve. C’est pour cela qu’on fera attention à ceci même pour les petits enfants.
  • On donne pas aux animaux purs (consommables) du pain sur lequel on aura fait le Motsi. Et pour des animaux impurs, on ne leur donnera aucune nourriture qui aura déjà été posée à table. Car la table est comparé à l’autel et la nourriture à des sacrifices. Pour un Goy même s’il n’est pas idolâtre, si ça ne créé pas de haine, on fera aussi attention à ceci.

(על פי בן איש חי הלכות – שנה א’ – פרשת אמור – הלכות יא – יב)


Dédié à la réfouah shélémah de ‘Haya Simha bat Jeanette Jamilla, Itshak ben Ra’hel, Mézala bat ‘Haya Myriam, Batshéva bat Elishéva, Avraham ben Soultana Ra’hel, ‘Haya Rivka bat Esther et Avner ben Sim’ha.

Dédié également à l’élévation de l’âme de Ra’hel bat Mazal, Chaoul ben Nissim, Daniella Fortunée bat Ra’hel, Yoel David ben Betty Baya, Ra’hel bat Maya, Esther Hadassa bat Jeanette Jamilla, Haya Ra’hel bat Sassya Lisette, Alice Aïcha bat Ra’hma et Charles Chalom ben Olga ‘Hanna.

ת.נ.צ.ב.ה

 

•Ben Ish Hai Quotidien• Parashat Emor, Yom Shélishi (10/05/2015)

לֹא-יקרחה (יִקְרְחוּ) קָרְחָה בְּרֹאשָׁם, וּפְאַת זְקָנָם לֹא יְגַלֵּחוּ; וּבִבְשָׂרָם–לֹא יִשְׂרְטוּ, שָׂרָטֶת

Ils ne feront point de tonsure à leur tête, ne raseront point l’extrémité de leur barbe, et ne pratiqueront point d’incision sur leur chair

Vayikra 21:5

Il est connu que le Tsadik est aussi appelé « Tamim – Parfait, entier » comme dans Dévarim 18:13: « תָּמִים תִּהְיֶה, עִם יְהוָה אֱלֹהֶיךָ – Sois entier avec Hashem, ton Dieu » ou dans Béréshit 17:1: « הִתְהַלֵּךְ לְפָנַי, וֶהְיֵה תָמִים – Suis ma voie et sois parfait ». Il est également dit à propos du Tsadik dans Téhilim 15:5: « עֹשֵׂה-אֵלֶּה– לֹא יִמּוֹט לְעוֹלָם – Celui qui agit ainsi, ne chancellera jamais » et 55:23 « לֹא-יִתֵּן לְעוֹלָם מוֹט– לַצַּדִּיק – Jamais Il ne laisse vaciller le juste ». On voit donc le terme de « לַמּוֹט  – chanceler ou vaciller » qui est épargné au Tsadik.
Il est possible d’expliquer pourquoi ce terme de « Moth – vacillement » est appliqué au Tsadik, car il est appelé Tamim, et ce, tant qu’il ne faute pas. Mais s’il faute, il abîme le Mem Sofit de Tamim et il lui manque le toit, ce qui donne les lettres du mot « תמיט – chancelle », donc tant qu’il est Tamim – parfait, il n’est pas Tamith – chancelle.
C’est le sens de notre passouk, quand Hashem interdit la tonsure au Cohen, car il représente le Tsadik, et la tonsure « בְּרֹאשָׁם – à leur tête » peut se lire « Berosh Mem – sur la tête du Mem Sofit »… Et on comprend qu’Hashem demande au Cohen – Tsadik de ne point entacher le Mem Sofit de Tamim pour ne pas arriver à Tamit.
(על פי עוד יוסף חי דרשות – פרשת אמור)

  • Lors du Motsi, il faut tremper le pain trois dans le sel, d’après la Kabala. Car le mot Lé’hem vaut 3 fois numériquement le nom d’Hashem, Y-H-V-H, ce qui représente trois forces de bonté qui viennent adoucir trois forces de rigueur représentés par le sel (qui vaut également 3 fois 26)
  • Si on a fait la béracha de « Hamotsi » et que l’on a pas de sel, il ne faudra pas attendre le sel mais rompre et manger le pain de suite, et quand le sel arrivera on trempera un bout de pain trois fois. On gardera également le sel à table jusqu’à la fin du repas, car la table ressemble à l’autel et qu’il fallait toujours saler les sacrifices, comme il est écrit Vayikra 2:13: « וְכָל-קָרְבַּן מִנְחָתְךָ, בַּמֶּלַח תִּמְלָח, וְלֹא תַשְׁבִּית מֶלַח בְּרִית אֱלֹהֶיךָ, מֵעַל מִנְחָתֶךָ; עַל כָּל-קָרְבָּנְךָ, תַּקְרִיב מֶלַח – Tout ce que tu présenteras comme oblation, tu le garniras de sel, et tu n’omettras point ce sel, signe d’alliance avec ton Dieu, à côté de ton oblation: à toutes tes offrandes tu joindras du sel.

(על פי בן איש חי הלכות – שנה א’ – פרשת אמור – הלכה י)


Dédié à la réfouah shélémah de ‘Haya Simha bat Jeanette Jamilla, Itshak ben Ra’hel, Mézala bat ‘Haya Myriam, Batshéva bat Elishéva, Avraham ben Soultana Ra’hel, ‘Haya Rivka bat Esther et Avner ben Sim’ha.

Dédié également à l’élévation de l’âme de Ra’hel bat Mazal, Chaoul ben Nissim, Daniella Fortunée bat Ra’hel, Yoel David ben Betty Baya, Ra’hel bat Maya, Esther Hadassa bat Jeanette Jamilla, Haya Ra’hel bat Sassya Lisette, Alice Aïcha bat Ra’hma et Charles Chalom ben Olga ‘Hanna.

ת.נ.צ.ב.ה

•Ben Ish Hai Quotidien• Parashat Ytro, Yom Shélishi (26/01/2015)

וַיִּשְׁמַע יִתְרוֹ כֹהֵן מִדְיָן, חֹתֵן מֹשֶׁה, אֵת כָּל-אֲשֶׁר עָשָׂה אֱלֹהִים לְמֹשֶׁה, וּלְיִשְׂרָאֵל עַמּוֹ
Ytro, prêtre de Midian, beau père de Moshé, apprit tout ce qu’Hashem avait fait pour Moshé et pour Israel son peuple.

Shémot 18:1

Quand on lit ce passouk, on peut se poser deux questions, d’abord, pourquoi nous préciser que Ytro avait apprit ce qu’Hashem avait fait aux égyptiens lors des dix plaies? En effet, le Midrash nous explique que c’était une chose mondialement connue. Ensuite, pourquoi nous préciser « tout » ce qu’Hashem avait fait, le mot « tout » est apparemment en trop, « ce qu’Hashem avait fait » aurait été suffisant.
Il faut rappeler l’explication du Alshich Hakadish sur le passouk:

וּלְמַעַן תְּסַפֵּר בְּאָזְנֵי בִנְךָ וּבֶן-בִּנְךָ, אֵת אֲשֶׁר הִתְעַלַּלְתִּי בְּמִצְרַיִם, וְאֶת-אֹתֹתַי, אֲשֶׁר-שַׂמְתִּי בָם
et afin que tu racontes à ton fils, à ton petit-fils, ce que je me suis moqué des Égyptiens et les merveilles que j’ai opérées contre eux

Shémot 10:2

Le terme « hit’alalti – je me suis moqué » est à expliquer. En effet Hashem n’a pas fait de Makot – de plaies qui soient extrémistes, c’est-à-dire qu’Il a toujours fait en sorte qu’une partie de la cible soit épargnée. Par exemple dans la plaie de ‘Arov – les bêtes sauvages, Il a épargné une partie des bêtes. Ce sont celles qui sont touchées par celle de la peste – Déver, mais là aussi Hashem en sauve pour la plaie de Barad – la grêle. Et encore une fois, il prévient avant la grêle de rentrer les bêtes, car il faudra bien qu’ils en chevauchent quelques-unes pour le grand rendez-vous de la Mer Rouge. Il en est de même pour le blé et le sarrasin qui ont été miraculeusement été épargnés lors de la grêle pour pouvoir être livrés en pâture aux sauterelles – Arbé… C’est ce que veut dire ce terme de « je me suis moqué », Il s’est joué d’eux en leur laissant espérer que la force de leur sorcellerie ou de leur Ange les protégeait. Car ils ont regardé chaque plaie séparément, et à chaque fois ont cru qu’Hashem avait manqué de la finir.
Par contre Ytro, lui, a eu l’intelligence de voir toute l’histoire avec le recul nécessaire et en mettant tout les éléments bout-à-bout, il comprend, et c’est ce que notre passouk vient nous apprendre, qu’Hashem avait fait exprès afin de pouvoir mettre toutes ses dix plaies en entier et de la manière qu’il avait décidé. Et le faux espoir des égyptiens, en se moquant d’eux est une double peine. On comprend maintenant pourquoi le passouk nous précise que Ytro à apprit ce qu’il s’est passé, c’est parce qu’il a su en tirer la leçon. Et le terme « tout » ce qu’Hashem à fait aussi, c’est parce qu’il a su regarder les événements dans leur globalité.
(על פי עוד יוסף חי דרשות – פרשת יתרו)

  • Il est interdit de passer dans les 4 amot – coudées (50-60 cm chacune) devant celui qui prie la ‘Amida, mais derrière ou à côté c’est permis. Ceci dit, le Zohar dit que ces 4 amot sont pour derrière ou à côté, tandis que devant il n’y a pas de limite, tant qu’on peut le voir. Il est évident qu’on doit être rigoureux comme le Zohar sauf en cas de mitsva où on pourra s’appuyer sur le Shoul’han ‘Arouch.
  • Ceci est valable même s’il y a une mé’hitsa de plus de 10 téfa’him (app. 80cm) de haut et 4 téfa’him de large (app. 32cm), on ne passera quand même pas devant celui qui prie.
  • Il sera interdit de passer devant le Hazan, même s’il en est à un autre endroit que la ‘Amida

(על פי בן איש חי הלכות – שנה א’ – פר’ יתרו – הלכה ז)


Dédié à la réfouah shélémah de Yoel David ben Betty Baya, ‘Haya Simha bat Jeanette Jamilla, Itshak ben Ra’hel, Mézala bat ‘Haya Myriam, Batshéva bat Elishéva, Avraham ben Soultana Ra’hel, ‘Haya Rivka bat Esther et Avner ben Sim’ha.

Dédié également à l’élévation de l’âme de Ra’hel bat Mazal, Chaoul ben Nissim, Daniella Fortunée bat Ra’hel, Ra’hel bat Maya, Esther Hadassa bat Jeanette Jamilla, Haya Ra’hel bat Sassya Lisette, Alice Aïcha bat Ra’hma et Charles Chalom ben Olga ‘Hanna.

ת.נ.צ.ב.ה

•Ben Ish Hai Quotidien• Parashat Bo, Yom Révi’i (13/01/2015)

וְעָבַר יְהוָה, לִנְגֹּף אֶת-מִצְרַיִם, וְרָאָה אֶת-הַדָּם עַל-הַמַּשְׁקוֹף, וְעַל שְׁתֵּי הַמְּזוּזֹת; וּפָסַח יְהוָה, עַל-הַפֶּתַח, וְלֹא יִתֵּן הַמַּשְׁחִית, לָבֹא אֶל-בָּתֵּיכֶם לִנְגֹּף
Lorsque Hashem s’avancera pour frapper l’Égypte, il regardera le sang appliqué au linteau et aux deux poteaux et il passera devant la porte et il ne permettra pas au Destructeur d’entrer dans vos maisons pour sévir.

Shémot 12:23

Il est une apparente contradiction entre le début et la fin de ce passouk, qui a frappé les égyptiens lors de cette plaie de la mort des premier-nés? En premier lieu il semble que ce soit Hashem lui-même, mais alors pourquoi ensuite dire que c’est l’ange Destructeur?
De plus, pourquoi exiger ce signe du sang? Que ce soit Hashem ou un ange, il pourra très bien faire la différence entre une maison juive et une maison égyptienne.
En fait le Midrash Rabba (Shémot 18:2) nous explique que ce signe a induit les égyptiens en erreur, ils ont cru qu’ils allaient échapper à la plaie des premier-nés en les cachant dans les maison juives et que grâce à ce signe du sang à la porte, ils seraient épargnés. Mais une peine double leur a alors été appliquée. En effet, l’ange Destructeur n’a pas été autorisé à entrer dans les maisons juives porteuses du signe du sang, il ne s’est aventuré que dans celles des égyptiens et y a tué les premier-nés présents, mais dans celles où le béchor avait été placé en maison juive, il a tué le plus grand de la famille à la place du premier né. Ensuite Hashem lui-même est entré dans les maisons juives et y a tué les béchorot égyptiens. Et pourquoi? Car l’ange Destructeur, s’il avait eu a tuer les égyptiens dans les maisons juives y aurait tué aussi des juifs, car il est inspiré par la Midat Hadin, la force du jugement, mais Hashem, Lui, y a fait usage de miséricorde, Midat Hara’hamim, avec les Béné Israel, même au moment de tuer les égyptiens cachés.
On comprend donc quel est le rôle de l’ange Destructeur, celui d’Hashem et la raison du sang sur les portes.
(על פי עוד יוסף חי דרשות – פרשת בא)

  • Bien que le Zohar dans l’Idra Raba (Zohar III 122a) dit que le pied et la main d’une femme sont considérés comme « nudité – ‘Erva », ce n’est pas valable pour les parties que l’on a tout le temps l’habitude de dévoiler, comme la paume et les doigts, et il sera permis de lire le Shéma devant
  • De même, les femmes mariées qui cachent leur cheveux, il sera interdit de lire le Shéma devant leurs cheveux dévoilés, mais les jeunes filles qui ne les cachent pas, leurs cheveux ne sont pas ‘Erva. De la même manière, les femmes qui ne se couvrent jamais la tête (de manière interdite), il reste de ce fait permis de lire le Shéma devant. Egalement, dans les pays où on ne va jamais sans chaussettes, le pied sera interdit en entier.

(על פי בן איש חי הלכות – שנה א’ – פר’ בא – הלכות י-יא)


Dédié à la réfouah shélémah de Yoel David ben Betty Baya, ‘Haya Simha bat Jeanette Jamilla, Itshak ben Ra’hel, Mézala bat ‘Haya Myriam, Batshéva bat Elishéva, Avraham ben Soultana Ra’hel, ‘Haya Rivka bat Esther et Avner ben Sim’ha.

Dédié également à l’élévation de l’âme de Ra’hel bat Mazal, Chaoul ben Nissim, Daniella Fortunée bat Ra’hel, Ra’hel bat Maya, Esther Hadassa bat Jeanette Jamilla, Haya Ra’hel bat Sassya Lisette, Alice Aïcha bat Ra’hma et Charles Chalom ben Olga ‘Hanna.

ת.נ.צ.ב.ה